Hypnose et burn out

Vous êtes en situation de burn out, autrement dit vous vous sentez dans un état d’épuisement professionnel ? Non encore reconnu comme une maladie professionnelle par l’OMS, contrairement à ce qu’on peut lire ça-et-là partout sur le web, le burn out est pourtant considéré comme l’un des fléaux du 21è siècle.

Le burn-out : quèsaco ?

Considéré comme un “phénomène lié au travail”, le burn out est davantage décrit comme « un syndrome (…) résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès ». Un sentiment d’épuisement physique et émotionnel, de fatigue intense, un esprit négatif qui confine au cynisme ainsi qu’un manque de motivation qui vous empêche d’être productif sont les premiers signes du burn out. On retrouve cependant d’autres symptômes : perte de contrôle, difficultés à rester concentré sur ses tâches professionnelles, manque d’autonomie, manque de reconnaissance, insomnies, perte d’appétit, anxiété profonde, vulnérabilité aux maladies…

Les symptômes, au même titre que les éléments déclencheurs et les conséquences (troubles alimentaires, dépression, pensées suicidaires…),  peuvent être multiples Intrinsèquement lié au travail, le burn out est donc l’un des nouveaux maux caractéristiques du 21è siècle (le mot fut cependant employé dès 1969) qui vient accentuer le nombre de personnes souffrant de problèmes de santé psychologique avec la dépression, le stress post-traumatique, etc. Pour remédier à ce stress chronique, les scientifiques avancent plusieurs types de thérapies dont l’hypnose qui doit venir en complément d’un accompagnement thérapeutique ou d’un suivi médical ou psychiatrique. 

Les symptômes du burn-out

Bien souvent, il est difficile de distinguer le burn-out de la dépression qui en est le résultat poussé à l’extrême. Les signes qui indiquent qu’une personne est atteinte d’un état d’épuisement professionnel sont nombreux, bien qu’il soit par ailleurs difficile de les identifier et d’établir une corrélation avec le burn-out :

  • isolement social soudain,
  • sentiment d’échec ou d’incompétence (dévalorisation de soi),
  • sentiment d’insécurité, d’inquiétude, d’anxiété,
  • démotivation permanente, apathie,
  • irritabilité, pleurs fréquents sans raison apparente,
  • attitude cynique et tendance à ruminer,
  • sentiment de frustration, d’iniquité sociale,
  • éreintement,
  • perte de sommeil,
  • anxiété,
  • maux d’estomac,

Si vous avez le sentiment d’être “vidé”, d’être sans arrêt négatif, que vous avez le sentiment d’être débordé au travail et que vos périodes de repos et de sommeil habituels ne suffisent plus à recharger vos batteries pour affronter vos journées et le quotidien, faites appel à un spécialiste, faites vous prendre en charge pour tenter de savoir si vous souffrez du burn out.

Les principales causes du burn-out

Le burn out est généralement le résultat d’une situation professionnelle déséquilibrée, voire dégradée. Le salarié, même investi dans son travail, ne parvient plus à sortir la tête de l’eau, croule sous une pile de dossiers/projets à traiter, de mails qui s’accumulent dans sa boîte de réception et, de surcroît, il a le sentiment que rien n’est fait autour de lui pour le décharger, le soutenir. Ses efforts ne sont pas reconnus, son travail est même dévalorisé, ce qui peut conduire au burn out qui n’est en réalité qu’une accumulation de maux auxquels l’individu n’a pas su faire face. Manque d’écoute, de reconnaissance, absence de sens dans ses tâches quotidiennes et fatigue intense sont souvent un cocktail explosif qui conduisent à l’épuisement professionnel.

Il est donc essentiel d’être pris en charge le plus tôt possible et d’affronter le problème pour le résoudre plus facilement. Au contraire, si vous vous laissez aller et que vous laissez la situation empirer, il y a de fortes chances que votre état psychologique et physiologique s’aggrave et que ce soit plus difficile de lutter contre le fléau du burn out. Parfois, un changement de situation professionnel, un coup de pouce dans le quotidien peuvent suffire à s’en sortir quand le mal n’est pas véritablement installé. Alors, n’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant, à prendre quelques jours de repos ou à faire appel à l’hypnothérapie pour vous accompagner.