Hypnose et troubles bipolaires

La bipolarité est une affection mentale caractérisée par un “trouble de l’humeur” qui se manifeste par un enchaînement de phases tantôt maniaques, tantôt dépressives. C’est d’ailleurs pour cette raison, c’est-à-dire cette succession d’états joyeux, euphoriques puis mélancoliques voire suicidaires, qu’on a longtemps nommé cette maladie “psychose maniaco-dépressive”. Le trouble bipolaire concernerait autant les hommes que les femmes. Il se manifeste généralement chez les jeunes adultes âgés de 18 et 24 ans et devient récurrent dans 90% des cas. Toutefois, des cas de bipolarité avérés ont également été détectés dans l’enfance ou à des âges plus avancés. Cette maladie mentale chronique, qui touche environ 1,2% de la population adulte, soit environ 600 000 personnes, est très fréquente en France, davantage encore dans les grandes agglomérations, d’autant qu’on estime ce chiffre sous-évalué par rapport à la réalité, certains patients n’ayant jamais été diagnostiqué. L’OMS a d’ailleurs placé les troubles bipolaires au 6è rang mondial des handicaps, les personnes affectées ayant une espérance de vie écourtée de 10 ans par rapport à la moyenne de la population globale. En cause principalement le fait que les malades succombent généralement à d’autres troubles qui viennent s’ajouter à la bipolarité : l’alcoolisme, la prise de drogue ou de médicaments, une fatigue extrême, le diabète, etc. Plusieurs thérapies proposent des soins spécifiques pour traiter le trouble bipolaire, dont l’hypnose.

Généralités sur la bipolarité

Le trouble bipolaire classique reste le plus connu du public. On en dénombre environ un million de cas en France. Mais il existe aussi d’autres types (II ou III) de troubles bipolaires qui sont plus répandus. Cette catégorie concerne entre 5% à 7% de la population. Elle inclut l’ensemble des troubles composant le « spectre » :

  • Type 1 : alternance de phases maniaques et dépressives. Le trouble bipolaire de type 1 est caractérisé par, a minima, un épisode de manie ;
  • Type 2 : alternance de phases dépressives et hypomaniaques (irritabilité, saute d’humeur, hyperactivité). Le trouble bipolaire de type 2 est caractérisé par, a minima, une période de dépression et une phase d’hypomanie.
  • Type 3 : il s’agit d’une bipolarité induite par des traitements anti-dépresseurs

En bref, voici ce qui résume chacune des classifications :

Classification des types de bipolarité

Comme évoqué précédemment, le trouble bipolaire touche généralement les hommes et les femmes, à parts égales, dans les milieux urbains. Ce mal touche toutes les catégories de personnes, sans distinction de statut social et économique, ni même d’appartenance ethnique. Toutefois, certains cas de bipolarité sont directement liés à des aspects transculturels, souvent révélés dans les diagnostics de traitement. Par ailleurs, on dénote un grand nombre de cas de bipolarité, liés à une addiction à l’alcool. 

Souvent négligé, le trouble bipolaire peut atteindre un certain degré, pouvant évoluer vers d’autres formes de maladies mentales. Selon le cas et la durée de l’absence de traitement, une personne bipolaire peut devenir dépressive ou sujet à des accès maniaques. Environ 10% à 15% des cas extrêmes aboutissent au suicide, s’ils ne sont pas immédiatement pris en charge.

L’hypnose pour soigner la bipolarité

L’hypnose révolutionne le traitement de la bipolarité, en excluant directement l’usage du lithium, limité par son dosage délicat et la nécessité d’un suivi très contrôlé de sa prescription. Là où la médecine générale propose un antidépresseur « à vie », l’hypnose suggère un traitement en profondeur du trouble pour un effet immédiat et sans récidive.

L’hypnose permet au patient d’évoluer de manière progressive et de reprendre sa vie malgré la bipolarité. Grâce à l’hypnose, le patient souffrant de bipolarité apprend à identifier ses moments de sensibilité et d’angoisse. Il apprend à vivre avec sa famille, ses collègues, sans ressentir aucun blocage quelconque.

La bipolarité est un état de souffrance psychique qui manifeste souvent la dépression sans pour autant constituer un véritable état dépressif chez le patient. Elle survient parfois à la suite d’un événement triste ou choquant (deuil), et provoque un état de tristesse normale, isolé, qui dure un certain temps. Selon la réaction du patient, l’hypnose permet de soigner cette douleur sans provoquer d’autres dégâts supplémentaires. 

L’hypnose soigne également le trouble bipolaire, provoqué par certaines maladies neurologiques, hormonales ou infectieuses. Elle traite aussi les cas de bipolarité, faisant suite à une dépendance à l’alcool, au tabac et à certains médicaments. 

Les réactions du patient dépendent essentiellement de son vécu personnel. Une thérapie comportementaliste avec l’hypnose permet de traiter chaque cas, en puisant principalement dans les ressources individuelles.